Apithy en forme avant les JO


Six semaines avant ses premiers jeux Olympiques, Boladé Apithy a gagné l’argent aux Championnats d’Europe d’escrime à Legnano.

A 26 ans, Boladé Apithy fait un troisième podium européen consécutif après la médaille de bronze en 2010 et l’argent en 2011. C’est le Russe Alexey Yakimenko qui  l’a dominé en finale par 15 touches à 12. L’année dernière,  Yakimenko l’avait déjà privé du titre  en finale à Sheffield, et stoppé en demi-finale en 2010 à Leipzig. Commentaire du sabreur dijonnais : « C’est un bon abonnement au podium européen, mais je perds toujours contre le même, ce n’est pas drôle ! J’aurais bien fait trois, deux, un ». Un beau parcours avec le rêve de faire mieux encore à Londres.

Mauvaise pioche en revanche pour Laura Flessel qui est tombée en quart face à la Russe Lyubov Shutova (15-6). Sacrés russes va ! Cela dit, la guêpe aura sans doute envie de ne pas se cantonner au rôle de porte-drapeau français en terre anglaise. Et fera tout pour gagner une médaille olympique de plus avant de raccrocher son épée…



http://www.dailymotion.com/embed/video/xofvwd
Boladé APITHY par France3-Bourgogne

Un nouveau livre pour les bretteurs


Signé de Eugénio Roque, fondateur de l’Académie d’armes du Portugal, et enseignant dans plusieurs écoles d’acteurs, L’Escrime pour acteur est un volume riche en explications pour monter des scènes de duel. 

Parmi les livres sur les techniques de création de scènes de duel, celui d’Eugénio Roque mérite un peu de pub car ce maître d’armes, organisateur en août du championnat du monde d’escrime artistique au Portugal, a fait un joli travail de vulgarisation.  De fait, au gré de chapitres variés et précis, le maître Roque passe en revue tous les coups de main pour réussir aussi bien un estoc par moulinet qu’une belle passata di soto.

Les commentaires sont simples et précis, sans fioritures, avec, ici ou là, quelques références historiques. Et puis, il y a de très nombreux dessins qui rendent les explications très claires aussi bien pour les mouvements des bras que les positions des pieds. Dans la préface du volume, un autre expert du maniement d’armes, Maître Claude Carliez n’y va pas par quatre chemins et écrit : « Voici certainement un des meilleurs livres qui soit sur l’enseignement de l’escrime artistique ! »

En tout cas, c’est un volume que doit se procurer tout bretteur qui se respecte : il  y trouvera bien des pistes pour réaliser des actions belles et historiquement justes. Petit détail en prime : il est écrit en bilingue français/anglais…

Des mots face à la mort


Je viens de lire un petit livre, sorti il y a déjà quelques années, L’Adieu du samouraï (Editions Alternatives). Une découverte étrange des mots de ces guerriers à l’approche de la mort…

Les calligraphies de Keiko Yokoyama sont déjà une invitation à tourner les pages. Et puis, il y a ces vers, souvent déroutants pour des Occidentaux,   ces « jiseiku » ce qui signifie littéralement « quitter-ce-monde-poème. » Ces courts poèmes furent rédigés entre le XVème et le XVIème siècle par des samouraïs qui savaient leur fin prochaine. De ces époques troublées où les hommes vivaient entre batailles, alliances, trahisons, une vie des plus aventureuses.

On découvre avec étonnement ces vers qui sont souvent porteurs d’une belle sérénité et reflètent l’état d’esprit de ces guerriers, façonnés par une certaine idée de l’honneur. Ainsi ce texte signé de Date Masamune, mort en 1638 à 69 ans : « Sans nuage/ mon esprit disparaît avant la lune/ en éclairant ce monde d’illusion/ puis s’en va. » Ou encore, ce poème signé de Hosogawa Garasha, mort à 37 ans en 1600 :  « Même en connaissant bien l’instant/ où il faudra tomber, / au milieu de ce monde / une fleur reste une fleur/ un homme reste un homme. » Toute une philosophie de vivre et de mourir.

Les Carliez primés à Vincennes


Vincennes 2012 : de jeunes mousquetaires encadrant deux princes de la cascade.

Le vendredi 27 janvier, aux Rencontres Internationales du cinéma, Claude et Michel Carliez, cascadeurs et maîtres d’armes célèbres du cinéma, ont reçu  le prix Henri Langlois de la ville de Vincennes. Retour sur images.

Juste le temps d’égrener quelques souvenirs avec la marraine de l’édition 2012, Marina Vlady , et Claude Carliez est monté avec son fils Michel recevoir le prix spécial  Henri Langlois décerné par ces Rencontres internationales. Lors de la soirée, d’autres trophées ont aussi été remis à  l’homme aux mille voix, Roger Carel, et Michel Landi (photo ci-dessus), très grand nom des affiches de cinéma.

Le temps de grimper sur la scène et Claude Carliez d’abord, Michel Carliez, visiblement émus, ont évoqué, après un film rappelant leurs « exploits », la passion commune qui les habite.


Retrouvant Marina Vlady, Claude Carliez a pu revenir sur la fameuse cascade où s’illustra la comédienne. C’était en 1966 sur le tournage de Atout cœur à Tokyo pour OSS 117, de Michel Boisrond dans lequel, en compagnie du héros campé par Frédéric Stafford, elle sauta d’un hors-bord lancé en pleine vitesse. Confidences de l’actrice : « Frédéric était un grand champion de natation et j’ai voulu faire bonne figure pour cette séquence. J’ai donc fait la cascade moi-même sans être doublée. A la sortie de l’eau, j’avais le côté gauche couvert d’un énorme bleu tant le contact sur l’eau fut fort. Je crois me souvenir que Frédéric était un peu sonné. Au moins, cette prestation m’a valu d’être intronisée cascadeuse d’honneur. J’en retire encore aujourd’hui une grande fierté. » Un souvenir parmi tant d’autres à évoquer quand on parle cinéma avec un des membres du clan Carliez.

L’escrime à l’honneur


Lors des 6èmes Assises de l’escrime à Lille, les 17 et 18 septembre derniers, l’escrime artistique fut à l’honneur.

Il faut parfois convaincre les escrimeurs sportifs de l’intérêt de l’escrime de spectacle. Elle est pourtant complémentaire de l’escrime de compétition et permet d’améliorer aussi la précision, l’équilibre, la vitesse. A l’occasion de ces Assises, une démonstration de solos et de combats  a été faite sous la houlette de maître Carliez a été faite. A découvrir dans cette vidéo.

Un spectacle complété par « Casanova vaincu par une femme », créé par l’Association Lames de l’Estoc, par Laurence Sainseaux et votre serviteur, François Cardinali.

Bon visionnage et à bientôt.

Un épéiste d’attaque


Il est troisième épéiste au classement mondial d'escrime

En attendant les Championnats du Monde d’escrime -ils auront lieu du 8 au 16 octobre 2011 à Catane en Sicile- l’épéiste français Gauthier Grumier  affiche une belle sérénité.

Comme d’autres sportifs en bleu, blanc, rouge, Gauthier Grumier a un autre objectif en ligne de mire : les JO de Londres de 2012 où les Français espèrent encore faire briller l’escrime française. Pour autant, il compte bien faire parler son épée en Sicile et dit sur Sports 24. com : « C’est une épreuve où il faut bourriner (sic), où il faut chasser la médaille donc on va chasser la médaille. » Après le physique, il bosse ferme aujourd’hui technique et préparation pour être fin prêt le jour J. Mais d’emblée, il caresse une autre ambition : « Etre champion olympique à Londres. » Comme les résultats du championnat du monde sont le passage obligé pour la qualification, l’épéiste ne va pas en touriste en Sicile. Verdict dans quelques semaines…