Un duel de légende


Sorti en 1952, le Scaramouche, de George Sidney offre un duel de légende entre les deux personnages campés par Stewart Granger et Mel Ferrer. Retour en arrière.

« Quand le méchant est réussi, le film est réussi », aimait dire Hitchcock. Scaramouche en apporte la preuve tant le personnage campé par Mel Ferrer est parfait dans le rôle du marquis de Maynes. Le pitch ? Chargé de protéger Aline de Gravillac, le marquis de Maynes tue en duel un écrivain révolutionnaire, Marcus Brutus. André Moreau jure de venger la mort de son ami et, pour retrouver le marquis, prend la place de l’acteur qui joue Scaramouche dans une troupe ambulante. Il rencontre Aline, en tombe amoureux, mais se croyant le fils naturel du comte de Gravillac, repousse cet amour incestueux…

Si le film se moque un brin de la réalité historique – un noble ne se bat pas avec un roturier et Napoléon Bonaparte fait même une apparition dans l’histoire – l’opus reste mémorable pour sn duel final qui dure sept minutes et nécessita une semaine de tournage. Si Mel Ferrer est si crédible, c’est qu’il avait un don certain et a surtout mis en pratique sa formation de danseur reçue à Broadway.

Blum fine lame…


Coup de projecteur sur le duel qui opposa en 1912 Léon Blum et l’auteur Pierre Veber.

Le 11 octobre 1912, lors de la répétition des couturières du théâtre des Arts, Pierre Veber, l’auteur de Une Loge pour «Faust», la pièce qui allait être donnée, a une violente altercation avec le critique du Matin, Léon Blum.

Se jugeant offensé, Léon Blum demande réparation par les armes à Pierre Veber. Après accord entre les témoins des deux adversaires, le duel se déroule à 11 heures, le lundi 14 octobre 1912, vélodrome du Parc-des-Princes. Et l’arme choisie est l’épée.

Conçu sur une reprise de deux minutes avec repos égal, ce duel est dirigé par M. Joseph Renaud et il cessera sur l’avis des témoins du blessé. La troisième reprise est décisive : les témoins de Pierre Veber, touché au côté droit mais sans vraie gravité, demande l’arrêt du combat, déclarant qu’il était en état d’infériorité. Pour autant, les deux duellistes ne se sont pas réconciliés à l’issue de la rencontre…

Un si médiatique duel


La célèbre rencontre entre le danseur Serge Lifar et le marquis de Cuevas le 30 mars 1958  agita le petit monde médiatique. La preuve en image et en langue anglaise.

Quand, pour une querelle d’artistes, Serge Lifar croise le fer avec le marquis de Cuevas, en mars 1958,  le choc n’est pas sans risques. Cuevas avait alors 73 ans, Lifar 54. Le combat de deux figures célèbres du monde de la danse ne pouvaient que conduire les journalistes à rivaliser d’adresse pour être les témoins du duel qui eut lieu à Blaru, près de Vernon, en Normandie.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑