Escrime nostalgique


Sans paroles

Publicités

Le nouveau combat de Hugues Obry


560px-Hugues_Obry_2014_Challenge_RFF_t133427Avec le départ de Hugues Obry, pilier de l’équipe de France, pour entraîner les escrimeurs chinois, les escrimeurs français ont perdu un coach solide. Un pèlerin pas facile à remplacer rapidement.

Dans le clan de l’escrime française, Hugues Obry était un pilier et il l’a prouvé aux derniers jeux Olympiques de Rio où cet ancien champion a su motiver ses troupes et conduit lesx épéistes tricolores – Gauthier Grumier, Yannick Borel, Daniel Jerent et Jean-Michel Lucenay-  d’obtenir le titre olympique par équipe. Quant à  Grumier, numéro 1 mondial, il  avait  ajouté le bronze en individuel au palmarès des Bleus.

Mais l’ancien champion devait se sentir un peu à l’étroit dans l’Hexagone et la proposition chinoise lui permet aujourd’hui d’afficher de nouvelles ambitions. A Rio, il a expliqué à L’Equipe : « Je serais basé au centre national de Laoshan, à Pékin. Je parapherai mon contrat sur place. Il portera sur une durée de quatre ans. Avec un objectif: les Jeux de Tokyo 2020 où je viserai au moins un titre olympique. Dur challenge sans ma famille, mais quel défi et quelle expérience ! Et, là, je serais vraiment chef de projet« . C’est incontestablement une mauvaise nouvelle pour la fédération française qui n’a pas trouvé les arguments pour garder ce coach et une excellente pour les Chinois.

Le risque est grand pour les Bleus, encore sous le coup de la retraite annoncée de Gauthier Grumier, d’avoir fort à faire dans les années à venir face aux épéistes venus de Chine. Un duel à suivre de près.

Rio : les chances françaises


olympiades-rio2016

Après la débâcle de Londres, l’escrime française semble sur la bonne voie pour se distinguer aux Jeux de Rio. Et, c’est un fait,  les autres  traditionnelles nations d’escrime sont aussi bel et bien au rendez-vous. Et en forme.

grumier-escrime-rio-2016_6ffeab438908333a14152a737d566c49Dès la première semaine des JO, du 5 au 21 août, l’escrime est à l’honneur à Rio. Et les Français comptent bien faire oublier le désastre de Londres. Christian Peeters, le DTN, a rappelé à l’AFP  l’objectif fixé par la Fédération à la délégation française :  4 médailles dont 2 en or. La plus grande chance de podium revient à Gauthier Grumier (ci-contre), le numéro un mondial de la discipline. Mais, dans cette catégorie, le récent champion d’Europe Yannick Borel, et cinquième mondial, tout comme Daniel Jérent (6è mondial) peuvent marquer leur territoire. Au sabre masculin, Vincent Anstett, et Ysaora Thibus, au fleuret dames, ont les capacités de  figurer sur le podium. Ils auront tout à prouver pour faire oublier la chute à Londres.


Lire la suite

Les Bleus : derniers réglages avant la bataille


Capture d’écran 2016-06-19 à 21.09.00

Jusqu’au samedi 25 juin, Torun en Pologne accueille les Championnats d’Europe d’escrime. L’occasion sera donnée aux Français de faire les derniers réglages.

Avant les jeux Olympiques de Rio, les tireurs tricolores viennent nombreux à Torun pour mesurer le travail qu’il reste encore à accomplir dans les derniers entraînements.

A suivre au fleuret : Jérémy Cadot, Enzo Lefort, Erwann Le Pechoux, Jean-Paul Tony-Helissey chez les hommes. Chez les femmes, il faudra donc compter avec Astrid Guyart, Jéromine Mpah-Njanga, Pauline Ranvier, Ysaora Thibus. Lire la suite

L’ÉPÉE REPREND DES COULEURS


Capture d’écran 2014-07-20 à 21.40.29Après des mois difficiles, l’escrime française reprendrait-elle des couleurs ? En tout cas, le sacre de Ulrich Robeiri, 31 ans, le dimanche 20 juillet au championnat du monde de Kazan en Russie redonne de l’espoir. D’autant plus qu’un autre français est monté sur le podium.

La médaille d’or de Ulrich Robeiri au championnat du monde d’escrime à Kazan en Russie est à marquer d’une pierre blanche dans le long chemin de l’escrime française pour retrouver les sommets après la déroute des derniers J.O de Londres. En finale, Ulrich Robeiri a battu le Sud-Coréen Park Kyoung-doo 15 à 11 après s’être qualifié pour la finale de l’épreuve individuelle d’épée des Mondiaux  dominant 15-11 Gauthier Grumier. Lequel a réussi à décrocher la médaille de bronze.

Un résultat d’autant plus marquant que, du côté des filles, les épéistes n’ont pas réussi encore à revenir au premier plan. Ainsi, Marie-Florence Candassamy, dernière tireuse tricolore  encore en piste, a été  éliminée par  l’Ukrainienne Dzhoan Feybi Bezhura au stade des seizièmes de finale.

Lire la suite

JO : LES ESCRIMEURS AVAIENT AUSSI SIGNE UN TRIPLÉ HISTORIQUE


7769842456_jean-frederic-chapuis-arnaud-bovolenta-et-jonathan-midol-aux-jo-de-sotchiLe trio français qui a squatté le podium du skicross aux jeux Olympiques ont marqué l’histoire des Bleus d’un triplé historique. Il faut remonter loin dans le temps pour en trouver un exemple. Les escrimeurs avaient ouvert la voie…

On ne va pas bouder le plaisir de l’équipe de France et les trois médailles d’or, d’argent et de bronze du trio français au skicross -Jean-Frédéric Chapuis (1er), Arnaud Bovolenta (2e) et Jonathan Midol (3e)- ont marqué les médias. « On RTEmagicC_armand_massard_05.pngs’entraîne tous les jours ensemble. Même en dehors des stages on a l’habitude de se retrouver« , a déclaré Arnaud Bovolenta.

Ils n’avaient pas été les premiers. Ce sont les épéistes français qui avaient déjà marqué l’histoire des JO mais il faut remonter très loin dans le temps pour s’en souvenir. Cela se passait à Anvers en 1920, quand le trio de bretteurs, Armand Massard (ci contre), Alexandre Lippmann et Gustave Buchard, avaient remporté toutes les médailles à l’épée. Souvenirs, souvenirs… L’important est certes de participer mais figurer à trois sur un podium, c’est entrer dans la légende du sport !